Module A

Partie supérieure, premier module

Partie centrale à gauche, premier module

Partie centrale au milieu, premier module

Partie centrale à droite, premier module

Partie inférieure au milieu, premier module

Vue d’ensemble

Publicités
Publié dans Sculptures 2009 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Module B

Partie supérieure, deuxième module.

Partie centrale, deuxième module

Partie inférieure, deuxième module

Publié dans Sculptures 2009 | Tagué , , | Laisser un commentaire

Module C

Partie supérieure, premier module

Partie centrale et inférieure, troisième module.

Détail. Ombre portée.

Détail

Détail.

Publié dans Sculptures 2009 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

présentation

Au cours des premiers huit mois de l’année 2008, je me suis consacrée aux relations entre mouvement, temps, rythme et équilibre dans ma pratique de la sculpture. Cela s’inscrit dans la suite logique de mes recherches précédentes sur la mise en scène de ces quatre éléments dans la sculpture du XXe siècle.
Comment et avec quoi créer ?
Le compte rendu abrégé de cette aventure plastique et pratique permet d’aborder la question du regard que l’on porte sur les choses, ainsi qu’une réflexion et une recherche intellectuelle, intuitive et sensorielle. L’ordre dans lequel je présente les travaux, n’est pas chronologique mais procède par affinités formelles. Certains processus ont évolué en parallèle, notamment celui de l’oxydation par l’eau et celui du réchauffement par le gaz.
Au-delà de la démarche plastique, la richesse de cette expérience réside dans le reflet et la fusion entre intérieur et extérieur, naturel et architecture, et dans la multiplicité d’espaces suggérés.

« … nous constatons pour la première fois, le rassemblement des quatre éléments qui sont au cœur de notre travail, c’est-à-dire mouvement, temps, rythme et équilibre. Les quatre étant interdépendants les uns des autres, ils existent en même temps ou dans le même espace temps ; le mouvement étant à l’origine des phénomènes rythmiques qui ont lieu dans le temps. Dans l’interstice dont le rythme créé le mouvement et s’en éloigne, l’équilibre apparaît, pourtant précaire, voire éphémère »*.
(*ce  texte apparaît dans mon travail de recherche théorique).
Publié dans Sculptures 2008 | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Archi-tête

Tâches de rouille.

Archi-tête montée dans bassin. Avec reflets et ombre portée.

Publié dans Sculptures 2008 | Tagué | Laisser un commentaire

Genèse

Processus. Image dessinée. Vue de trois parties non assemblées. Acier chauffé au chalumeau.

Image découpée, martelée et assemblée. Mise en valeur de l'ombre portée.

Bain oxydant. Premières taches de rouille.

Ces taches de rouille sont à l’origine du titre de cette sculpture.

J’ai hésité sur le nom que je voulait donner à ce projet ; puis devant le spectacle de cette surface si riche en couleurs, nuances, en accidents et en textures, il  m’a semblé avoir sous les yeux tout un univers en gestation. C’est pourquoi j’ai arrêté le nom de Genèse pour qualifier cette advenue.
Publié dans Sculptures 2008 | Tagué | Laisser un commentaire

Mouvement d’un corps dans l’espace

Dessin sur acier. Brulures réalisées au chalumeau.

Sculpture réalisée. Mise en valeur de l'ombre portée.

Reflets dans l'eau.

Les rythmes existent dans la récurrence des lignes courbes et de volumes concaves et convexes qui se succèdent dans l’espace ; en même temps, le mouvement de la ligne dessine la forme, découpe la matière et investit l’espace. Ce même mouvement se poursuit dans le jeu des ombres portées qui prolongent l’œuvre au-delà de sa matérialité. Mais le mouvement s’opère aussi de l’extérieur vers l’intérieur, à la superficie du métal qui reflète les images, formes et couleurs de l’extérieur, invitant le paysage, le spectateur, et l’espace qui l’entourent à faire partie de l’œuvre. Toutes ces expériences du mouvement possèdent un temps qui leur est propre ; le temps existe dans le mouvement de la ligne, dans l’intervalle des rythmes, et dans cette brulure du métal. Ce projet, tient début grâce a un point d’équilibre qui est néanmoins précaire.
Cette sculpture, posée à même un sol mouillé, engendre des interpénétrations démultipliées, des continuités. Elle orchestre des jeux de reflets, de transparences et d’ombres portées en mouvement, des rythmes qui suggèrent des  équilibres en un espace-temps esthétique propre à l’œuvre.
Publié dans Sculptures 2008 | Tagué | Laisser un commentaire